TOUT PUBLIC THEATRE
TOUT PUBLIC THEATRE

Action poétique et citoyenne

5ème édition

Du 18 au 26 mai 2019, à la Colline aux oiseaux. Caen

 

Exposition exceptionnelle du 4 au 8 juillet 2019 dans le cadre des 25 ans de la Colline aux oiseaux.

 

 

« La poésie est au cœur de l’enfant » Irène Gaultier-Leblond, poétesse et marraine 2019.

 

Une Colline pour 133 oiseaux est un événement qui fait appel à la poésie personnelle, en hommage aux 133 enfants victimes du terrorisme les 16.12.14 et 10.01.15, au Pakistan et au Niger.

Ici ou là-bas, vivre et être soi-même est un défi de chaque jour. Il se gagne en faisant le pari de la liberté et de la créativité. Qui que vous soyez, laissez-vous guider par ce qui vibre pour éveiller et libérer le poète qui sommeille vous, en solidarité avec à ceux qui n’ont pas cette liberté.

 

Edition 2019 

Place aux jeunes : Ateliers d’accompagnement à l’écriture poétique les samedi 18, dimanche 19 et mercredi 22 mai de 16 à 18h au panorama de la colline aux oiseaux.

Partenariat avec le collège Jacques Monod, la bibliothèque et le Centre Caf de la Folie-Couvrechef : Atelier d’écriture poétique en famille.

 

En cette année du 75ème anniversaire du débarquement, nous proposons un thème d’écriture « La paix dans tous ses états » inspiré par la phrase d’Etty Hillesum :

« Si la paix s’installe un jour, elle ne pourra être authentique que si chaque individu fait d’abord la Paix en soi-même... »

 

Participer 

Date limite pour envoyer son poème: mercredi 15 mai 2019

Envoyer votre poème sur 133oiseaux@gmail.com.

25 lignes maxi, document Word. Vérifiez l’orthographe.

Pour une mise en page spéciale envoyez le texte en PDF, format paysage.

 

Depuis 2015

L'action a été parrainée en 2015 et 2016  par Zéno Bianu et en 2017 par François Cheng.

L'édition 2018 s'est ouverte sur les paroles de Louise Michel:

 

Hirondelle qui vient de la nue orageuse
Hirondelle fidèle, où vas-tu ? dis-le-moi.
Quelle brise t’emporte, errante voyageuse ?
Écoute, je voudrais m’en aller avec toi,

Bien loin, bien loin d’ici, vers d’immenses rivages,
Vers de grands rochers nus, des grèves, des déserts,
Dans l’inconnu muet, ou bien vers d’autres âges,
Vers les astres errants qui roulent dans les airs.

Ah ! laisse-moi pleurer, pleurer, quand de tes ailes
Tu rases l’herbe verte et qu’aux profonds concerts
Des forêts et des vents tu réponds des tourelles,
Avec ta rauque voix, mon doux oiseau des mers.

Hirondelle aux yeux noirs, hirondelle, je t’aime !
Je ne sais quel écho par toi m’est apporté
Des rivages lointains ; pour vivre, loi suprême,
Il me faut, comme à toi, l’air et la liberté.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© TOUT PUBLIC THEATRE